Avant de donner son nom à un aéroport international, Roissy était un petit village français comme les autres et longtemps enclavé. Sa partie historique a ainsi été préservée jusqu’aujourd’hui. Pourquoi ne pas aller s’y balader ?

Je commence par admirer les photographies de l’exposition annuelle dans le parc de la mairie, relaxé par la lumière tamisée par les arbres et l’odeur des fleurs. En continuant dans le parc, je découvre les vestiges du château alors que je commence la visite audioguidée du village. Je me fais conter l’histoire de ce bâtiment disparu, ses vieilles pierres qui ont trouvé une nouvelle vie à la mairie, le parc, les perruches sauvages, toutes vertes, que j’ai de bonnes chances de croiser, j’entends des oiseaux d’ailleurs, que c’est reposant !

Ensuite, il y a l’église, là où le temps semble s’être arrêté… Mais avant d’y rentrer et de profiter de sa fraîcheur et de son calme, j’entends le bourdonnement des abeilles qui me fait remarquer ces travailleuses qui offrent à Roissy son « miel du verger ». Je les observe. Après être sorti du bâtiment pluri-centenaire, je remonte l’avenue Charles de Gaulle, l’artère principale. L’audioguide m’invite à m’attarder à nouveau devant plusieurs points d’intérêt. C’est là, dans cette rue, entre les bâtiments anciens et les restaurants desquels émanent de bonnes odeurs de nourriture et des conversations joyeuses, là où les gens de passages côtoient les locaux, que le village prend vie.

Je commence à imaginer le passé, l’école dans le bâtiment de la poste, le marché, la fête foraine de la semaine 14 juillet, le bal… Me voilà déjà sur la place du Pays de France là où avaient lieux toutes ces activités. C’est encore de nos jours le cœur du village, même si ses fonctions ont légèrement changé. En me dirigeant vers le square de la concorde où l’on entendait autrefois les boules de pétanque s’entrechoquer, je remarque les portails d’anciennes fermes… Là un avion passe fièrement au-dessus de moi : il s’envole peut-être vers un pays lointain, une destination de rêve. C’est vrai que nous sommes toujours juste à côté du deuxième aéroport européen, dixième mondial. Il accueille près de 70 millions de passagers par an, soit l’équivalent de la population française !

Un nouveau monde s’est construit autour de l’aéroport dès son ouverture en 1974. Il a transformé les abords du vieux village où se trouvent aujourd’hui pas moins de 18 hôtels. J’ai pu les remarquer au début de ma visite en venant à l’Office de Tourisme Grand Roissy. D’ailleurs, j’y pense, ils louent des vélos, je vais peut-être en profiter, j’aime bien le sentiment de liberté qu’ils me procure, la vitesse, l’air sur ma peau… Mais avant, j’ai une dernière petite rue à voir, très bien préservée. En marchant sur le sol pavé et entre les vieilles façades des maisons de la rue Chalot, je n’ai aucun mal à me replonger dans mon imaginaire…
Me voilà de retour dans le vieux village de Roissy-en-France.