Caroline

Un article de Caroline, ajouté le 09 février 2021 2 min. de lecture

Le Ministère de la Culture vient d’annoncer l’acquisition du Trésor de la Vôge par le château d’Écouen-Musée national de la Renaissance, grâce au mécénat de la société Vygon.

Qu’est-ce que le Trésor de la Vôge ?

Le Trésor de la Vôge est un service de table de la Renaissance : deux coupes, une salière et cinq cuillers datant de la seconde moitié du 16e siècle, ainsi que deux ceintures en argent (16-17e).

©O.Tavoso – Restaurateur du Patrimoine

Ce trésor considéré comme « un témoignage exceptionnel d’orfèvrerie française de la Renaissance » a été découvert en 2017. Il a depuis été reconnu « œuvre d’intérêt patrimonial majeur ».

Si cette acquisition est exceptionnelle, c’est parce que les objets en métal précieux de la Renaissance sont très rares. En effet, beaucoup ont été fondus.

Le Ministère de la Culture souligne que le Musée national de la Renaissance mène « une politique d’acquisition active en matière d’orfèvrerie française », lui permettant de présenter « l’un des ensembles les plus importants conservés en France ».

Il est à noter que le Trésor de la Vôge est la deuxième œuvre reconnue d’intérêt patrimonial majeur accueillie au Musée national de la Renaissance.

La société Vygon

La société Vygon « conçoit, produit et commercialise des dispositifs médicaux stériles à usage unique ». Elle est implantée à Écouen et soutient depuis de nombreuses années les projets du Musée national de la Renaissance.

Le communiqué de presse du Ministère de la Culture précise que « Cette acquisition a été rendue possible grâce aux dispositions fiscales de la loi du 1er août 2003 relative au mécénat, aux associations et aux fondations qui complètent celles de la loi du 4 janvier 2002 relative aux musées de France pour créer des conditions particulièrement favorables de mécénat d’entreprise pour l’entrée dans les collections publiques d’œuvres reconnues d’intérêt patrimonial majeur ou de trésors nationaux. »

Pour découvrir le communiqué de presse du Ministère de la Culture, cliquez ici.