1910. une annonce alléchante pour ce débit de boisson « 0 20 100 O » ou si vous préférez, « au vin sans eau ». Si vous avez plaisir à visiter le village, vous constaterez avec étonnement que toutes les façades de ces commerces ou maisons ont été rajeunies. On pourrait même dire qu’elles n’ont pas pris une ride. Seule a la voiture a peut-être été remisée au musée de l’automobile.

Carte postale, n°200, 1910, Classeur 4, Archives municipales de Roissy-en-France, numérisation de RDVA
Carte postale, n°74, ND, classeur 1, Archives municipales de Roissy-en-France
Carte postale, n°90, 1912, classeur 3, Archives municipales de Roissy-en-France

Pour plus d’informations, un habitant de Roissy vous raconte :

In English :

« Voici le bureau de tabac de Roissy.
C’est l’un des lieux qui a très peu changé depuis un siècle. A la fois café et bureau de tabac, toutes les raisons étaient bonnes pour faire une petite pause au bistrot !
Automobilistes de passage, pailleux de retour de Paris et villageois se retrouvaient tous au comptoir dans cet endroit convivial.
Lieux de rencontres et de discussions animées, les cafés-bars permettaient aux villageois de se détendre après des journées ou des semaines de travaux ardus, pour y boire un verre, fumer et refaire le monde.
Emblème français, le bistrot est encore présent sur chaque place de village !
Ha oui ! Dernière information que je tiens de source sûre ! Durant la 1er Guerre Mondiale, la salle du café et ses appartements servirent de caserne pour les troupes stationnées au village ! L’Histoire se glisse parfois derrière une simple façade !
« 

Carte postale, n°82, classeur 1, ND, Archives municipales de Roissy-en-France, numérisation de RDVA

Tous droits réservés. Les textes sont rédigés par Henri HOUMAIRE