Thierry

Un article de Thierry, ajouté le 20 avril 2020 5 min. de lecture

Avec l’annonce du 11 mai, comme date de sortie de confinement, les acteurs du tourisme rentrent dans une phase intermédiaire. Une période « palier » où il faudra lutter contre la propagation de l’épidémie en attendant l’arrivée d’un vaccin ou d’un traitement. 
Comment accueillir les touristes en les rassurant pendant cette étape, tout en « vivant »… avec le virus ? Quelles normes ou  protocoles sanitaires  à venir ? 
La presse relate les initiatives de l’ensemble des acteurs de la filière tourisme : aéroports, compagnies aériennes, hôtels, institutionnels…

  • Comment redonner aux gens l’envie de voyager à court terme ? Le PDG de Paris Aéroport estime en effet qu’il faut les rassurer : “Déjà sur la propreté de l’aéroport, il faut que les passagers sachent que l’aéroport est une zone sûre pour eux. Ensuite, définir des mesures aux arrivées pour que nos compatriotes n’aient pas la crainte que des personnes malades viendraient dans notre territoire. ”. voir la suite ici
  • ACI, l’association qui regroupe la plupart des grands aéroports sur la planète a déjà mise à disposition un guide complet : voir ici
  • IATA et les compagnies aériennes planchent sur une « norme 66% »
  • Delta Air Lines va introduire une série de mesures d’éloignement social au sol et à bord … en savoir plus
    Idem pour Air France à voir sur son site corporate
  • Etihad sera la première compagnie aérienne à tester la technologie, qui peut surveiller la température, la fréquence cardiaque et la fréquence respiratoire de toute personne utilisant un point de contact à l’aéroport comme un kiosque d’enregistrement ou un kiosque d’information, ou une installation de dépôt de bagages, ou un point de sécurité ou d’immigration.​ En savoir plus
  • Emirates a annoncé avoir testé les passagers partant de Dubaï pour rejoindre Tunis mercredi 15 avril, explique Air Journal. Cette “mesure de précaution supplémentaire” consistait en un test sanguin effectué par l’Autorité sanitaire de Dubaï. Les résultats ont été accessibles dix minutes plus tard. Emirates assure être la première compagnie aérienne au monde à proposer ce test. Pour en savoir plus.

  • Chez l’hôtelier Accor :  » Nous élaborons des procédures standards d’accueil selon de nouvelles modalités afin de rassurer les employés, les clients, les fournisseurs sous-traitants incluant les personnels de nettoyage, de maintenance, de sécurité. Nous travaillons avec un organisme de certification (Bureau Veritas, Ndlr) pour co-créer ces standards applicables aux hôtels et aux restaurants en France et en Europe. Ces nouveaux standards ont pour vertu de pouvoir s’appliquer à toute la profession, et d’inspuer d’autres catégories d’hébergement« . Interview de Franck Gervais, Directeur Général Europe dans l’Echo touristique.
  • Pour Le groupe B&B Hôtels : « Nous avons choisi SOCOTEC pour nous aider à préparer notre référentiel de certification. Il nous permettra d’afficher nos conditions de désinfection et décontamination dans tous nos établissements, et d’accueillir nos clients en toute sécurité.​ » déclare Vincent Quandalle, Directeur Général B&B HOTELS Western Europe. ​ Voir leur communiqué
  • La plupart des syndicats hoteliers dont le GNC et l’UMIH travaillent de concert sur la rédaction d’un label unique qui sera proposé au secrétaire d’Etat dans les jours à venir

  • Jean Baptiste Lemoyne secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, confirme le défi des normes sanitaires lors de sa conférence de presse téléphonique du 14 avril. A la question de l’écho touristique : Les hôtels et autres hébergements devront-ils respecter une charte ou un label sanitaire, pour être habilités à recevoir des vacanciers cet été ?
    « Ce qui est sûr, c’est qu’il y aura un certain nombre de prérequis sanitaires » avant leur réouverture, pour éviter « la résurgence de l’épidémie » nous a répondu Jean-Baptiste Lemoyne. Un certain nombre de professionnels ont souhaité la mise en place d’un label sanitaire, a-t-il précisé, en évoquant pour sa part l’option envisageable d’une norme. Charte, label ou norme : « le terme qui sera finalement choisi importe peu. Ce qui compte, c’est qu’on ait vraiment des engagements et un certain nombre de normes sanitaires définies ensemble pour garantir la santé du consommateur et du touriste. » voir l’interview

Enfin, la même préoccupation s’étend bien loin de nos frontières. Gros plan sur le retour d’expérience de Singapour qui vit actuellement une seconde vague de l’épidémie. Singapour a lancé le 15 avril un nouveau système d’audit pour certifier que ses hôtels sont propres et sûrs pour apaiser les craintes liées aux voyages post coronavirus. La certification est assurée par des organismes tiers et l’Office de Tourisme de la cité-Etat valide le respect du référentiel. « Ce label qualité est destiné à envoyer un signal fort aux touristes comme aux résidents, indiquant que nos entreprises touristiques prennent toutes les mesures sanitaires et d’hygiène très au sérieux et s’engagent à respecter ces exigences», a déclaré Keith Tan, Directeur Général du Singapore Tourism Board. Voir l’info ici

NB : En date du 22 avril voir aussi le benchmark complet d’Atout France sur les mesures et protocoles sanitaires sur l’ensemble des acteurs de la filière tourisme