Adrien

Un article de Adrien, ajouté le 25 mai 2020 4 min. de lecture

Retour sur quelques temps forts qui ont marqué les 7 mandats de maire d’André Toulouse, qui va transmettre son fauteuil de Maire cette semaine à l’issue des élections municipales.

Mars 1977, Roissy change de destin par une voix d’avance

Il y a 43 ans, Roissy sort du traumatisme de près de dix années de chantier de construction de l’aéroport inauguré 3 ans plus tôt. Le contraste est saisissant entre la modernité incarnée par l’architecture alors futuriste de la première aérogare et la condition de nombreux Roisséens, directement issus de l’activité agricole encore prédominante. Subsistent à l’époque, au cœur du village, des logements insalubres, au sol en terre battue, mal chauffés, où vivent des familles très démunies, des personnes âgées disposant de maigres retraites. Sur le plan politique, la population était fracturée, conséquence d’un clientélisme d’un autre âge : un avantage contre un vote. Et pire, les services de l’État avait programmé la mort lente de ce village enclavé dans la plate-forme aéroportuaire. Alors artisan tapissier établi à Roissy depuis le début des années soixante avec son épouse Simone, native du village, André Toulouse était régulièrement sollicité pour conduire une liste aux élections municipales et s’opposer au Maire de l’époque Raymond Oisée. D’abord très hésitant, il finit par accepter, inscrivant à son programme la sauvegarde du Village. Fait rarissime dans une élection, 1 voix, une seule, fera la différence.

Le top départ de la renaissance de Roissy : un droit à construire

À la question : quel est le fait le plus important de ces 43 années de mandat, la réponse d’André Toulouse fuse, sans hésitation : l’entrée en vigueur du premier Plan d’Occupation des Sols de la commune au tout début des années quatre-vingts. La victoire du pot de terre – le Conseil Municipal de Roissy – contre le pot de fer : l’État et le toutpuissant Aéroports de Paris, alors maître des horloges. Car après l’ouverture de l’aéroport, Roissy avait perdu tout droit à bâtir de nouveaux logements. Une mort lente programmée, jamais avouée, à la différence du sort réservé au village de Goussainville entièrement vidé de ses habitants avant d’être muré. Confronté à la mauvaise foi de l’administration qui allait jusqu’à inventer des zones de bruit, le Maire devra porter l’affaire en justice pour obtenir gain de cause et mettre en application ce Plan d’Occupation des Sols salvateur. Des logements neufs, édifiés à l’emplacement d’anciens logements insalubres, en lieu et place de la Place de l’Europe, puis l’ensemble situé au 66 avenue Charles de Gaulle en seront les premières réalisations concrètes. Mais dès la reprise en main du développement de la commune, une limite sera fixée, atteinte et jamais dépassée : 3 000 habitants.

La création de la communauté de communes Roissy Porte de France

En 1994, la question d’une meilleure redistribution des retombées économiques de l’aéroport fait débat dans le territoire. André Toulouse prend alors l’initiative de créer une Communauté de Communes, avec 7 maires de localités voisines. Ce sera la première Communauté d’Ile-de-France née des lois de décentralisation. «Cette décision a constitué la première pierre de cette  entente entre les élus de toutes tendances que l’État et les gouvernements successifs n’ont malheureusement pas suffisamment  accompagnée », regrette encore André Toulouse.

Source : La Vie à Roissy n°135 – mars 2020

Un maire investit dans la vie de son Office de Tourisme

A l’initiative de la création de l’Office de Tourisme en 2003, André Toulouse a permis son développement en le dotant d’outils et moyens permettant de certifier, qualifier et spécialiser les actions et services proposés sur son territoire.

Au cours de ses mandats, M. le maire et son équipe ont su réinventer l’Office de tourisme. Classée « Commune touristique » en 2013, la commune de Roissy-en-France dota son Office d’outils lui permettant de rayonner et d’obtenir à son tour son classement catégorie 1, la même année. En 2016, la commune devient station classée de Tourisme. Puis, en 2017 le nouvel Office Roissy-Ecouen-Luzarches fut créé à l’initiative des maires des trois communes pour devenir ensuite en 2019, l’Office de Tourisme Grand Roissy.

L’un des derniers grands projets touristiques démarré au cours de son dernier mandat fut le projet de construction d’un nouveau local à Roissy-en-France. l’Office de Tourisme Grand Roissy disposera d’un nouvel emplacement plus central et d’espaces entièrement dédiés à l’accueil des visiteurs.